Troubles de la prostate

La prostate

La prostate, glande génitale de la taille et de la forme d’une châtaigne, est située sous la vessie (voir le schéma ci-dessus). Elle entoure l’urètre, le canal par lequel l’urine et le sperme sont évacués. Située au carrefour des voies urinaires et génitales, la prostate sécrète les substances nutritives et fluidifiables du sperme. Le poids de la prostate augmente entre la naissance et la puberté pour se stabiliser vers l’âge adulte; il atteint alors de 15 g à 20 g. Dès la quarantaine, le volume de la prostate tend à augmenter et continue de grossir avec l'âge. La prostate peut atteindre 7 fois sa taille initiale.

L'hypertrophie bénigne de la prostate

L’hypertrophie bénigne de la prostate se caractérise par une augmentation de la taille de la prostate. Une prostate volumineuse comprime l’urètre tout en faisant pression sur la vessie, ce qui engendre un besoin fréquent d’uriner et divers problèmes de miction, selon le cas (débit plus faible et intermittent, douleurs, etc.).

 

Presque tous les hommes sont sujets à l’hypertrophie bénigne de la prostate, en vieillissant. En effet, plus de 50 % des hommes âgés de 60 ans en sont atteints, et 90 % de ceux de plus de 80 ans. Cependant, tous n’en souffrent pas : environ 1 homme atteint sur 2 est incommodé par des symptômes urinaires.

Cette affection n’est pas d’origine cancéreuse. Elle n’augmente pas le risque de cancer de la prostate, mais n’empêche pas non plus son développement.

On appelle aussi cette affection « hyperplasie bénigne de la prostate ». L’hyperplasie désigne la prolifération des cellules de la prostate. Le terme hypertrophie, quant à lui, fait référence à l’augmentation du volume de la prostate.

Les causes

Elles ne sont pas clairement identifiées. Il existe probablement une prédisposition héréditaire car certaines familles sont plus affectées que d’autres. Toutefois, d’autres facteurs entrent en jeu. Par exemple, on sait que la testostérone et son dérivé actif, la dihydrotestostérone, jouent un rôle important. Aussi, les oestrogènes, des hormones sexuelles féminines présentes en petite quantité chez l’homme, pourraient être impliquées. Pour le moment, on ignore les mécanismes exacts par lesquels ils agissent. Il est possible qu’avec l’âge, la prostate devienne plus sensible à ces hormones.

Conséquences et complications possibles

Les hommes atteints d’hypertrophie bénigne de la prostate risquent davantage de rencontrer l’un ou l’autre des problèmes suivants. Cependant, la majorité d’entre eux n’en souffrent pas.

  • Des infections urinaires : une vessie qui ne se vide pas complètement favorise la prolifération de bactéries. Si les infections urinaires se produisent à répétition, une chirurgie pour réduire le volume de la prostate et désobstruer les voies urinaires peut être envisagée ;

  • La rétention aiguë d'urine dans la vessie : lorsque l'urètre est complètement comprimé, il devient impossible d’uriner ; ce qui cause des douleurs aiguës. Il s'agit d'une situation d'urgence médicale. Un cathéter est introduit dans l’urètre pour vider la vessie ;

  • Des calculs dans la vessie : des dépôts de minéraux peuvent se produire et causer des infections, irriter la paroi de la vessie et obstruer l’évacuation de l’urine ;

  • Une distension des parois de la vessie : l’hypertrophie bénigne de la prostate peut accélérer le vieillissement de la paroi de la vessie; avec le temps, celle-ci perd du tonus et ses contractions sont moins efficaces. Il arrive que la vessie reprenne du tonus après une chirurgie de réduction de la prostate ;

  • Des dommages aux reins : la rétention chronique d'une certaine quantité d’urine dans la vessie et les infections urinaires à répétition peuvent compromettre les fonctions rénales, à long terme.

Diagnostic

Il est important de consulter un médecin en cas de symptômes. On réduit ainsi le risque de complications sévères. Toutefois, il faut savoir qu’il n’y a pas toujours de relation entre les symptômes ressentis et le volume de la prostate. En effet, certains hommes ont une prostate volumineuse sans avoir de symptômes, alors que d’autres en présentent malgré une plus petite prostate.

Par un toucher rectal, le médecin peut détecter une prostate hypertrophiée et en suivre l'évolution. Ce test sert aussi à détecter la présence de nodules dans la prostate et d’évaluer le risque qu’il y ait un cancer. Une analyse d’urine et un test sanguin pour mesurer le taux d’antigène prostatique spécifique (APS) peuvent être effectués, selon le cas.

source : https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=hypertrophie_benigne_prostate_pm

des solutions possibles

La puissance des vibrations sonores des bols tibétains

 

Les sons font vibrer l'air qui transmet les vibrations à nos tympans. Notre corps est constitué d'après les études scientifiques entre 60 et 90% d'eau. Aussi, dans le cas des acouphènes, les vibrations produites par le bol activent l'eau dans notre corps... ce qui entraine la vibration de toutes nos cellules, organes, tissus... Les vibrations de ces bols sont "pures" de santé, elles vont ramener l'ordre et l'équilibre, elles créent l'harmonie par le phénomène de résonance. Le corps retrouvera progressivement sa force naturelle de guérison et son harmonie.

 

Un bol peut entrer en communication avec différentes parties du corps. Suivant la note, il s'associe à un centre énergétique. Le bol tibétain de métal, que l'on fait tinter, émet un schéma d'ondes équivalent aux ondes alpha produites par le cerveau en état de méditation, et de ce fait il procure un état profond de relaxation, ce qui facilité le soin. Il a la faculté d'harmoniser le cerveau et de stimuler le corps pour qu'il retrouve sa fréquence originelle. L'eau du corps vibre et les ondes libèrent les émotions refoulées et génèrent des sentiments de joie et légèreté. Le corps synchronisé et en harmonie retrouve son autonomie. Le bol permet de repérer les zones nouées voire bloquées du corps.

 

L'aspect thérapeutique s'opérera bien entendu si c'est le moment parfait pour la personne, c'est à dire que plus les croyances limitantes seront conscientisées et libérées, plus le corps pourra retrouver l'équilibre; l'esprit et le corps étant indissociables, oeuvrer vers cette conscience emmène vers l'évidence que nous sommes un tout et que nous avons la mission d'aimer inconditionnellement ce TOUT.

 

Le Qi Gong, renforce les le corps et l'esprit,;

la personne dans sa globalité

 

Tout d'abord, selon les anciens, avant le coucher, il est important d'observer une hygiène simple, pour préserver la qualité du sommeil, et respecter trois règles d'or :

penser peu - parler peu - manger peu

 

En Asie, il est établi depuis toujours que l'insomnie est dûe au fait que les problèmes d'ordre émotionnel et mental, ne touchent pas uniquement ce que la M.T.C. appelle le Cœur–Esprit (terme qui peut sous-entendre le fonctionnement du cerveau) mais également le Foie, la Rate, la Vésicule Biliaire, les Reins, l'Estomac et le Poumon.

Par ailleurs, il est important de souligner qu'un terrain fragilisé, en excès ou en déficience de certains organes (par exemple : excès du Foie, faiblesse de la Vésicule Biliaire, ...) ainsi que des perturbations émotionnelles, peuvent à la fois être la cause et la conséquence de l'insomnie. Voilà pourquoi dans le traitement de cette maladie en M.T.C., on cherche non seulement à calmer le Cœur et à apaiser l'Esprit mais également à résoudre les problèmes liés à l'excès et à la déficience des organes concernés, en prenant en charge le corps et l’esprit, dans la globalité.

 

Le Qi Gong va ramener peu à peu l'harmonie au fil de la pratique et les bienfaits peuvent être entretenus par la méditation. La pratique du Qi Gong des reins est particulièrement recommandée dans ce cas.

 

Et pour aller encore plus loin, et pratiquer les mouvements appropriés, cliquer sur les vidéos de la chaîne YouTube Culture&senS, notamment sur la playlist Qi Gong.

Comment réduire la synthèse de DHT par l’organisme ?

 

La dihydrotestostérone (DHT) encore appelée androstanolone est une hormone naturellement produite par l’organisme. Elle favorise le développement des caractéristiques masculines secondaires. Il s’agit notamment de la pilosité faciale et corporelle, une hyperplasie bénigne de la prostate, un épaississement des cordes vocales et l’augmentation de la musculature. Généralement, moins de 10 % de la testostérone sécrétée par l’organisme est transformée en DHT et il n’est pas nécessaire de s’alarmer lorsque les niveaux augmentent. Cependant, une grande quantité de cette hormone peut favoriser la perte de cheveux et le risque de cancer de la prostate. Mais, il est possible de contrôler votre niveau de dihydrotestostérone en changeant votre régime alimentaire et votre mode de vie. En outre, vous pourriez envisager de prendre des médicaments et des suppléments pour inhiber la production de cette hormone.

 

Contrôler le niveau de la dihydrotestostérone par l’alimentation

1. Incluez les tomates lorsque vous préparez des sauces. En effet, elles sont riches en une substance appelée lycopène, qui inhibe (naturellement) la production de la DHT. Cette substance est mieux absorbée lorsque les tomates sont cuites que lorsqu’elles sont fraiches. Bien qu’il soit utile de manger un sandwich avec une tranche de tomate, vous devriez opter pour un plat de pâtes garnies de beaucoup de sauce tomate.

  • Vous pourriez aussi prendre des carottes, des pastèques et des mangues qui sont d’excellentes sources de lycopène.

 

2. Mangez des noix. Vous devez manger des noix comme les noix de cajou et les amandes. Essayez de prendre d’autres produits alimentaires qui inhibent naturellement la dihydrotestostérone, tels que le zinc et la L-lysine. Vous pouvez retrouver ces substances dans les arachides, les amandes, les noix de cajou, les noix de pécan et les noisettes.

  • Mangez régulièrement des noix pour réduire les niveaux de DHT naturellement.

  • Les légumes verts feuillus tels que les épinards et le chou frisé contiennent également du zinc

 

3. Buvez du thé vert. Ce thé est riche en antioxydants et permet également de ralentir voire d’arrêter la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone. En outre, il y a d’autres boissons, comme le café et le thé noir qui peuvent également avoir un effet similaire.

  • Pour avoir de meilleurs résultats, optez pour le thé biologique à feuilles entières. Vous devez éviter les « boissons » à base de thé vert, car elles peuvent renfermer moins de 10 % de thé. De plus, évitez d’y ajouter du sucre ou des édulcorants artificiels.

4. Éliminez le sucre de votre régime alimentaire. Le sucre peut provoquer une inflammation et peut augmenter la production de cette hormone. L’excès de sucre va annuler tout l’avantage que vous auriez eu en prenant les autres aliments.

  • Il peut sembler facile de garder ses distances des sucres et de toutes les gâteries sucrées, comme les bonbons et les biscuits. Mais, vous devez vous méfier des aliments emballés et transformés, car ils peuvent contenir des sucres ajoutés, même s’ils ne sont pas très sucrés.

5. Limitez votre consommation de caféine. Une tasse de café le matin peut permettre de réduire la production de la dihydrotestostérone. Cependant, si vous en exagérez, cela peut avoir l’effet inverse. Une quantité excessive de caféine peut aussi favoriser la déshydratation, les déséquilibres hormonaux et inhibant ainsi la croissance des cheveux.

  • Vous devez éviter les boissons gazeuses qui contiennent de la caféine et qui pourraient aussi contenir du sucre et d’autres produits chimiques augmentant ainsi la production de l’androstanolone.

Prendre des suppléments et des médicaments

1. Essayez de prendre un supplément de palmier nain (ou le saw palmetto). Naturellement, il bloque la production de la dihydrotestostérone en inhibant l’activité de la 5-alpha réductase de type II, qui est l’enzyme responsable de la conversion de la testostérone en DHT. Un supplément de 320 mg par jour peut aussi vous permettre d’améliorer la croissance des cheveux.

  • Bien que l’action du saw palmetto ne soit pas aussi rapide que les médicaments prescrits par ordonnance, il est moins cher et peut être plus approprié à prendre.

2. Envisagez de prendre l’huile de graines de citrouille. C’est un autre inhibiteur naturel de l’androstanolone, même si elle n’est pas aussi efficace que le précédent. Contrairement à ce dernier, en effet, les effets qu’il produit ont été étudiés principalement sur des cobayes plutôt que sur des êtres humains.

  • L’huile de graine de citrouille est homologuée comme traitement contre les maladies de la prostate aux États-Unis et en Allemagne.

  • Si vous voulez en prendre plus, vous pouvez aussi consommer une poignée de graines de citrouille par jour, mais vous n’obtiendrez pas les mêmes quantités d’huile si vous prenez un supplément sous forme de comprimés. Si vous les faites torréfier, elles peuvent perdre certaines de leurs propriétés avantageuses.

 

3. Contactez le médecin pour avoir plus d’informations sur le finastéride. Ce médicament vendu sous le nom de Propecia (homologué par certaines organisations compétentes) est utilisé dans le traitement de la perte de cheveux, en particulier pour traiter la calvitie masculine. Vous pouvez en prendre par injection ou sous forme de pilules.

  • Le finastéride agit sur les enzymes 5-AR qui se concentrent dans les follicules pileux, inhibant ainsi la production de dihydrotestostérone.

  • Ce médicament peut stopper la progression de la calvitie et, dans certains cas, peut favoriser la repousse des cheveux.

4. Cherchez à en savoir plus sur le minoxidil topique (Rogaine) 2 %. En effet, vous devez en apprendre plus sur ce médicament auprès du médecin. Vous pourriez aussi opter pour le finastéride. Lorsque les niveaux de DHT sont élevés, l’une des conséquences les plus probables est la perte de cheveux. Les traitements à base de minoxidil ou de finastéride peuvent aider à réduire la perte de cheveux et même, dans certains cas, favoriser leur croissance. Toutefois, vous devez consulter un médecin avant de commencer le traitement afin de vous assurer qu’il ne va pas interagir avec les médicaments que vous prenez ou de ne pas provoquer d’autres effets indésirables.

  • Certains effets secondaires de ces médicaments peuvent inclure une capacité réduite à maintenir une érection, une mauvaise éjaculation et une diminution du désir sexuel.

Apporter des changements à son mode de vie

1. Faites des exercices 3 à 5 jours par semaine. La sédentarisation et le surpoids peuvent augmenter le risque de développer un cancer de la prostate. Il serait donc judicieux de commencer un programme régulier d’exercices, même s’il s’agit simplement de marcher pendant 20 minutes tous les deux jours.

  • Vous pouvez faire de la musculation pour renforcer vos muscles. Si vous ne disposez pas de beaucoup de temps à consacrer au sport et à l’exercice, vous pouvez opter pour un entrainement par intervalles.

2. Trouvez le temps de vous reposer et de vous détendre. Le manque d’équilibre entre le travail et les loisirs peut augmenter le niveau de stress, ce qui entraine une augmentation de la production de DHT. Donc, prévoyez 15 ou 20 minutes par jour pour vous consacrer à quelque chose d’amusant.

  • Essayez de faire une activité relaxante et tranquille, comme lire un livre, colorier ou terminer un puzzle.

  • En outre, assurez-vous de dormir suffisamment, car le manque de sommeil est susceptible d’augmenter le stress et, par conséquent, les niveaux de DHT.

3. Essayez de vous faire masser afin de réduire le stress. Le stress peut amener l’organisme à transformer plus de testostérone en DHT. Un massage peut non seulement diminuer les niveaux de stress en général, mais peut aussi stimuler et améliorer la circulation sanguine, favorisant ainsi la repousse des cheveux.

  • Faites-vous masser toutes les 2 semaines pendant quelques mois et essayez de voir si vous remarquez une amélioration.

4. Arrêtez de fumer. En plus des risques pour la santé, le niveau de la dihydrotestostérone chez les fumeurs est plus élevé que chez les non-fumeurs. Si vous fumez et que le niveau de DHT est élevé dans votre organisme, vous devez songer à arrêter afin de normaliser la production de DHT dans votre organisme.

  • Étant donné que le tabagisme augmente le niveau de DHT et d’autres hormones, vous courez un plus grand risque de développer le cancer de la prostate (bien que des études aient prouvé le contraire). Le tabagisme augmente la probabilité de mourir d’un cancer de la prostate.

  • De plus, le tabagisme entraine lui-même la perte de cheveux, indépendamment de son effet sur la dihydrotestostérone.

 

Pour de meilleurs résultats, optez pour des aliments biologiques de saison. Ils sont plus riches en nutriments et ne contiennent pas de produits chimiques pouvant interférer avec l’équilibre hormonal. 

source : https://fr.wikihow.com/reduire-la-synthese-de-DHT-par-lorganisme