Accidents Vasculaires Cérébraux

L'accident vasculaire, c'est quoi ?

C'est un arrêt brutal de la circulation sanguine au niveau du cerveau. Les AVC sont la plupart du temps dus soit à un caillot dans l'artère (et c'est le cas trois fois sur quatre), soit à une hémorragie, sorte de rupture des parois du vaisseau.

 

Il peut survenir sans prévenir. Il bénéficie depuis quelques années d’une prise en charge plus efficace mais dont l’issue dépend en grande partie de sa précocité. Savoir reconnaître les symptômes est donc indispensable pour limiter les éventuelles séquelles et prévenir les secours.

 

 

Les symptômes

La liste des symptômes peut s’avérer relativement longue puisque les “sensations” et les “bruits” entendus par chaque personne qui souffre d’acouphènes ne sont pas nécessairement identiques. Cependant certains bruits parasites sont cités plus souvent que d’autres (pulsations, vrombissements, bruissements, chuintements, tintements, bourdonnements, cliquetis). Au-delà des bruits parasites qui peuvent devenir rapidement gênants, les acouphènes peuvent affecter l’état de santé général. En effet, ces symptômes ont des conséquences directes sur la santé de ceux qui en souffrent, que ce soit des insomnies, un problème de concentration, des douleurs et associés à la baisse d’audition. Même si les origines des acouphènes peuvent différer suivant les cas, on retrouve souvent les mêmes types de troubles qui s’accompagnent d’hyperacousie que l’on peut définir comme une intolérance aux bruits forts. En effet, le moindre bruit nous paraît tout de suite invivable, les sons du quotidien se transforment en véritable cauchemar.

 

Les conséquences

Nous naissons avec un capital auditif dont les cellules ne peuvent se régénérer. C’est pourquoi il est important de prendre soin de son audition en se protégeant les oreilles lorsque nous sommes dans un environnement sonore bruyant. Les origines des acouphènes sont diverses. Elles peuvent être vasculaires, mécaniques comme un problème de transmission des vibrations, dû à un traumatisme comme un accident de plongée par exemple. Elles peuvent faire suite à des maladies comme la maladie de Ménière ou l'otospongiose qui touche les osselets. Il y a autant de causes que d’acouphènes. Il faut d’abord trouver l’origine et c’est là où réside la difficulté qui complique le traitement et son efficacité. En voici les causes :

Les acouphènes dus à l’âge, dans une grande majorité des cas, ils surviennent à cause de l’usure naturelle de l’oreille. ils ne sont donc pas due à une maladie. Le système auditif vieilli. On appelle ce phénomène la presbyacousie. Il commence en général à partir de 50 ans, l’âge où la baisse de l’audition se fait ressentir.

Les acouphènes dus à un choc sonore, qui peuvent s’expliquer par un traumatisme de l’audition. Le traumatisme sonore peut provenir d’une écoute prolongée d’un bruit intense, comme en concert où la musique est trop forte. Si la personne ne s’est pas protégée avec de simples bouchons d’oreille, elle peut ressentir des acouphènes temporaires. Cela se manifeste par un sifflement ressenti dans l’oreille. Il suffit alors de rester au calme pour reposer ses oreilles. Le sifflement disparaîtra naturellement. Le choc sonore peut aussi provenir d’un bruit intense et bref comme l’explosion d’un pétard par exemple. La présence d’acouphènes est liée à une perte auditive et peut survenir suite à une exposition répétée des sons à trop haute intensité.

Les acouphènes dus à l’hyperacousie, qui est un dérèglement de l’audition caractérisé par une sensibilité à certains sons. C’est un trouble dû à une diminution du seuil de tolérance des bruits d’intensités normales. Les bruits trop forts peuvent devenir très gênants au quotidien voire insupportables pour certaines personnes. Cela peut entraîner l’isolement suite à la fatigue engendrée. C’est cette hypersensibilité qui peut être responsable des acouphènes.

Les acouphènes dus aux pathologies, qui peuvent affecter le système auditif et amener à ressentir des acouphènes. L'otospongiose par exemple qui touche les osselets et nécessite une intervention médicale. La maladie de Ménière, surnommée également la “migraine de l’oreille”, est un gonflement de l’oreille. Elle est principalement associée à des vertiges, à une baisse de l’audition ou à des acouphènes. Les crises apparaissent de manière soudaine et à des fréquences variables. Une otite moyenne peut entraîner une inflammation de l’oreille derrière le tympan et causer des acouphènes. D’autres causes sont à l’origine d’acouphènes comme l’hypertension artérielle ou la prise de médicaments ototoxiques. Il faut savoir que chaque cas est différent et que cela peut entrainer du stress ou de la fatigue. C’est pourquoi nous vous conseillons d’aller consulter un médecin ORL si vous souffrez d’acouphènes.

des solutions possibles

La puissance des vibrations sonores des bols tibétains

 

Les sons font vibrer l'air qui transmet les vibrations à nos tympans. Notre corps est constitué d'après les études scientifiques entre 60 et 90% d'eau. Aussi, dans le cas des acouphènes, les vibrations produites par le bol activent l'eau dans notre corps... ce qui entraine la vibration de toutes nos cellules, organes, tissus... Les vibrations de ces bols sont "pures" de santé, elles vont ramener l'ordre et l'équilibre, elles créent l'harmonie par le phénomène de résonance. Le corps retrouvera progressivement sa force naturelle de guérison et son harmonie.

 

Un bol peut entrer en communication avec différentes parties du corps. Suivant la note, il s'associe à un centre énergétique. Le bol tibétain de métal, que l'on fait tinter, émet un schéma d'ondes équivalent aux ondes alpha produites par le cerveau en état de méditation, et de ce fait il procure un état profond de relaxation, ce qui facilité le soin. Il a la faculté d'harmoniser le cerveau et de stimuler le corps pour qu'il retrouve sa fréquence originelle. L'eau du corps vibre et les ondes libèrent les émotions refoulées et génèrent des sentiments de joie et légèreté. Le corps synchronisé et en harmonie retrouve son autonomie. Le bol permet de repérer les zones nouées voire bloquées du corps.

 

L'aspect thérapeutique s'opérera bien entendu si c'est le moment parfait pour la personne, c'est à dire que plus les croyances limitantes seront conscientisées et libérées, plus le corps pourra retrouver l'équilibre; l'esprit et le corps étant indissociables, oeuvrer vers cette conscience emmène vers l'évidence que nous sommes un tout et que nous avons la mission d'aimer inconditionnellement ce TOUT.

 

Rééducation et accompagnement post-AVC avec la Sophrologie

 

Lorsque l’on évoque le suivi et la rééducation après un accident vasculaire cérébral, il y a bien entendu la prise en charge médicale et l’intervention de divers praticiens de santé afin de soigner, de prévenir et de permettre au patient de retrouver une certaine autonomie dans la vie quotidienne. Dans ce domaine particulier, la Sophrologie peut se révéler être un atout de choix  aussi bien sur le plan préventif que comportemental.

La récupération après un AVC va bien entendu dépendre du type d’AVC et des zones cérébrales touchées, mais également de la rapidité de la prise en charge médicale et de la rééducation poste-AVC avec la collaboration de divers praticiens de santé. Dans ce cas particulier, la Sophrologie va apporter :

  • son aide sur le plan préventif en agissant directement sur les facteurs de risques d’AVC sur lesquels nous pouvons agir (HTA, rythme cardiaque élevé, surpoids, tabac, …),

  • ainsi qu’une meilleure qualité de vie en transmettant notamment les outils appropriés pour retrouver une certaine autonomie dans la vie quotidienne et en développant les notions de bien-être, d’estime et de confiance en soi.

 

Quelques exemples d’applications

- Approche comportementale dans la gestion des séquelles post-AVC : suite à un AVC, des séquelles plus ou moins handicapantes peuvent persister et ainsi nuire au bien-être et à la qualité de vie du patient. La sophrologie va avant tout permettre de restaurer cette notion de bien-être et d’apprendre à gérer les difficultés rencontrée, en développant notamment une meilleure maîtrise de soi et un regard plus optimiste sur ce qui peut déranger.

- Évacuer la fatigue et les tensions accumulées : Pour une personne ayant subi un AVC, les petites choses de la vie quotidienne peuvent dorénavant demander beaucoup plus d’effort pour les réaliser. La sophrologie dispose d’exercices simples et efficaces pour relâcher la fatigue sur le plan physique, mental et émotionnel.

Le Qi Gong améliore la qualité de vie globale

 

Une nouvelle méta-analyse montre que les exercices traditionnels chinois - qui mettent l'accent sur les postures, la respiration et la circulation de l'énergie - pourraient améliorer la santé des personnes ayant dû faire face à une maladie cardiaque, à un AVC ou à une forte tension artérielle.

Pour mener leurs recherches, le professeur Chen Pei-Jie et son équipe de l'université du sport de Chine de Shanghai ont passé en revue 35 études concernant 2.249 adeptes de ces pratiques dans 10 pays du monde. 

Les données ont montré que la pratique d'exercices sportifs chinois tels que le Tai chi et le Qi Gong aidait à réduire la tension artérielle systolique des individus atteints de maladies cardiovasculaires de plus de 9,12 mm Hg. La tension artérielle systolique mesure la tension dans les artères lorsque le muscle cardiaque se contracte.

De même, la tension diastolique - qui mesure la pression des artères au repos - baissait de plus de 5 mm Hg en moyenne. Les scientifiques pensent que les résultats de cette méta-analyse laissent penser que les exercices chinois traditionnels pourraient aider à abaisser le risque d'AVC de 41%, et les maladies coronariennes de 22%.

Leurs résultats ont aussi montré une petite réduction statistique des niveaux de mauvais cholestérol et de triglycérides - un type de graisse présent dans le sang capable d'augmenter le risque de maladie cardiaque.

Par ailleurs, les personnes qui vivaient avec une maladie cardiovasculaire mais qui pratiquaient ces mouvements enregistraient aussi une amélioration de leur qualité de vie globale et un niveau moindre de dépression par rapport au groupe témoin.

Cependant, on n'a noté aucune amélioration significative du rythme cardiaque ni d'améliorations des scores de questionnaires concernant la santé globale des participants.

Les scientifiques ont cependant reconnu les limites de leur analyse. Par exemple, les différentes études n'arrivaient pas à évaluer les effets possibles sur le long terme des exercices de gym chinoise parce que les participants n'avaient pas été suivis plus d'une année, voire moins longtemps. Comme il existe de nombreux types d'exercices traditionnels chinois, les études à venir pourraient s'intéresser plus en détail aux différents sous-groupes de disciplines.

Ces même scientifiques chinois, qui ont étudié les effets de ces pratiques traditionnelles sur les maladies pendant plus de cinq ans, ont cependant conclu que leur analyse démontrait les effets positifs que cette forme d'exercice pouvait avoir sur les patients souffrant de maladies cardiovasculaires. Ils prévoient par ailleurs de poursuivre leurs recherches pour confirmer leurs résultats.

  • s-facebook
  • Grey Instagram Icon